très...très...euh... Index du Forum très...très...euh...
Forum de l'hypokhagne 812, parteg d'idées, de plans....c'est vrai que tout seul on est mieux...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    très...très...euh... Index du Forum -> Khârnet de colles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ariane


Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 21:21 (2012)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre Répondre en citant

Avec Réjane et Manon, nous avons mutualisé le travail, alors il vous sera sans doute utile à vous aussi !

Roger Brunet, né le 30 mars 19311, est un géographe français, professeur des universités et directeur de recherche émérite du CNRS. Il est reçu major à l'agrégation de géographie en 1953. En 1984, il fonde le Groupement d'intérêt public RECLUS (Réseau d'étude des changements dans les localisations et les unités spatiales), nom choisi en hommage à Élisée Reclus, l'un des premiers auteurs d'une géographie universelle, entre 1855 et 1894. Entre 1990 et 1996, ce groupe de chercheurs élabore une nouvelle et colossale Géographie universelle en dix volumes. Il crée et dirige les revues l'Espace géographique (1972-2003) et Mappemonde (1986-2004). Il est docteur honoris causa des universités de Liège et de Lausanne. Il est aussi particulièrement célèbre pour avoir été au cœur du développement d'une nouvelle méthode de représentation schématique de l'espace, les chorèmes, dans les années 1980. Il est d'ailleurs l'inventeur de ce néologisme. Après avoir été largement utilisée, même dans l'enseignement secondaire, la chorématique est aujourd'hui moins répandue et de plus en plus critiquée.
(Un chorème est une représentation schématique d'un espace choisi. Il n'est pas une simplification de la réalité, il vise à représenter toute la complexité du territoire à l'aide de formes géométriques. Même s'il semble simplificateur, le chorème est réalisé de façon rigoureuse et il tiendra compte de toute la dynamique présente sur le territoire étudié.
La base du chorème est en général une forme géométrique simple où viennent se superposer d'autres formes symbolisant les mécanismes en présence. Il existe une table de 28 chorèmes de base, dont chacun représente une configuration spatiale, et permettent, en les assemblant, de représenter, à différentes échelles, des phénomènes spatiaux. La chorématique ne propose que des lectures parmi d’autres possibles de l’espace géographique.
En effet, Roger Brunet lui-même n'en fait qu'un « outil parmi d’autres ». Mais un outil précieux car ce n’est pas qu’un outil graphique, mais aussi une méthode d’analyse spatiale.)


Paul Claval est un géographe français, né le 23 mai 1932. Longtemps professeur à l'Université Paris IV-Sorbonne, il est aujourd'hui à la retraite. Auteur prolifique sur des thèmes très variés, il est un des premiers géographes à mener, dans les années 1960, une épistémologie de la science géographique. Par ses travaux, il a aussi contribué au renouvellement de cette discipline. Il est notamment l'un des principaux spécialistes et théoriciens de la géographie culturelle. Il a d'ailleurs fondé en 1992 la revue Géographie et cultures.

Yves Lacoste est un géographe et géopoliticien, né le 7 septembre 1929 à Fès, Maroc. Ancien Professeur de géopolitique à l'université Paris VIII et précurseur de la matière en France. Doctorat d'État en géographie et agrégation de géographie. Il est à l'origine d'une refondation et d'une démocratisation de la géopolitique. En 1976, il fonde Hérodote, revue de référence en matière de géographie et de géopolitique. Il enseigne à l'Institut français de géopolitique qu'il a également fondé. Plus important, cet ouvrage est issu de son séjour en juillet 1972 au Vietnam où il signe, à son retour, un article dans l'édition du 16 août 1972 du Monde en accusant les États-Unis d'avoir bombardé les soubassements des digues des deltas du fleuve Rouge dans le but de provoquer la destruction du barrage lors des crues d'automne, cela afin de mettre sur le compte de « catastrophe naturelle » les victimes des inondations. Dans cet article, il affirme que le savoir géographique peut servir à un État pour faire la guerre. Dans La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre (1976), il distingue trois géographies : la géographie scolaire et universitaire, la géographie « spectacle » et la géographie comme « instrument de pouvoir », les deux premières dissimulant la dernière. Si cette théorie est aujourd'hui remise en cause par une partie de la communauté des géographes (d'ailleurs dès la publication de cet essai, Pierre George rompt avec Lacoste), le grand mérite de cet ouvrage fut en premier lieu d'avoir encouragé les géographes à s'intéresser aux problèmes épistémologiques de leur discipline ainsi que de relancer une « géographie active » qui s'engage dans l'organisation de l'espace. Il ajoute à la géographie les concepts de territorialité et représentation (idées, perceptions, imaginaires collectifs). Pour lui, la géopolitique n'est pas uniquement un « produit » de la géographie et on ne peut privilégier les seuls facteurs géographiques en dehors du contexte politique. La géopolitique recherche les intentions collectives, et permet la mise en évidence de rapports de force.

Edgar Nahoum, dit Edgar Morin, né à Paris le 8 juillet 1921, est un sociologue et philosophe français.
Résistant, contre la guerre d’Algérie, ancien directeur de recherches au CNRS dans de multiples disciplines et docteur honoris causa de plusieurs universités. Cf article Wiki sur contenu de sa pensée.

Jean-Gabriel Tarde (1843, Sarlat – 1904, Paris) était un juriste, sociologue et philosophe français et l'un des premiers penseurs de la criminologie moderne. Il fait de l'imitation le fondement du lien social. Il s'est fait connaître notamment par son ouvrage intitulé Les Lois de l'imitation (1890), qui rend compte des comportements sociaux par des tendances psychologiques individuelles.
Principaux intérêts     Sociologie, criminologie, psychologie
Idées remarquables     Les lois de l'imitation, la psychologie des foules (Pour Tarde la foule est un phénomène passionnel, instinctif et dangereux car incontrôlable. Les comportements des menés tendent vers l'uniformité et l'unanimité par phénomène d'imitation affective), le phénomène de la mode

Bruno Latour est un sociologue, anthropologue et philosophe des sciences français né en 1947. En septembre 2007, Bruno Latour devient directeur scientifique et directeur adjoint de Sciences Po. Connu pour ses travaux en sociologie des sciences, il a mené des enquêtes de terrain où il observe des scientifiques au travail et décrit le processus de recherche scientifique d'abord comme une construction sociale1. Il a également mis en cause l'exclusivité des matériaux « sociaux » dans la « construction » des faits scientifiques, abandonnant le constructivisme social pour une théorie plus large de l'acteur-réseau.

Norbert Elias est un écrivain et sociologue allemand, né le 22 juin 1897 à Breslau, mort le 1er août 1990 à Amsterdam. Il est l'auteur d'un ouvrage majeur de sociologie historique, Sur le processus de civilisation, paru, en France, en deux volumes, La Civilisation des mœurs et La Dynamique de l’Occident. Elias y analyse la civilisation occidentale comme le produit d'un processus séculaire de maîtrise des instincts, d'apprivoisement des désirs et de domestication des pulsions humaines les plus profondes. Il considère que l'organisation sociale des cours royales a joué un rôle majeur dans cette lente évolution.

Jean-Baptiste Lamarck a formulé une théorie de l’évolution du vivant, supplantée par celle de Darwin. http://fr.wikipedia.org/wiki/Lamarckisme

Bertrand Badie, né le 14 mai 1950 à Paris, est un politologue français spécialiste des relations internationales. Il est professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI). La fin des territoires. La référence des relations internationales qu'est le territoire est en train de disparaître suite à trois changements : la mondialisation, la fin de la Guerre froide et de la bipolarité qui se fondait sur les territoires, et la crise des États (financement, indépendances des banques centrales, fin de l'État providence). On observe ainsi la multiplication des espaces où l'État n'intervient plus et où son contrôle disparaît (guerres civiles (comme en Somalie), "cités", zones démilitarisés (comme en Colombie)). L'État, en outre, est concurrencé par d'autres organisations non-étatiques (ONG, multinationales) dont Badie estime que les décisions influent fortement sur les relations internationales.

Alain Rouquié : Directeur de recherche émérite à la Fondation nationale des sciences politiques, Alain Rouquié est spécialiste de l’Amérique latine contemporaine. On lui doit notamment L’Etat militaire en Amérique latine (1982), Amérique latine : introduction à l’Extrême-Occident (Dollfus le cite dans le livre ! p 29 : « Amérique Extrême Occident de l’Europe » (1987), Guerres et paix en Amérique centrale (1992). Ambassadeur de France au Brésil de 2000 à 2003.

Charles-Pierre Péguy : (1915-2005) fut un rénovateur de la climatologie française. Déclinant sa biographie « en négatif », à la façon de Marguerite Yourcenar, il déclarait selon son humour habituel : « Donc je ne suis point ancien élève de l’École normale supérieure », « Je n’ai point été professeur en Sorbonne » (ni doyen de faculté), « Je ne suis pas un ‘matheux’ » et « Je n’ai jamais fait le tour du monde »... http://histoire-cnrs.revues.org/4171 pour plus d’infos
Thomas Robert Malthus, né près de Guildford (Surrey) le 13 février 17661 et mort à Bath (Somerset) le 23 décembre 1834, est un économiste britannique de l'École classique, et également un pasteur anglican. Il est surtout connu pour ses travaux sur les rapports entre les dynamiques de croissance de la population et la production, analysés dans une perspective « pessimiste », totalement opposée à l'idée smithienne d'un équilibre harmonieux et stable. Son nom a donné dans le langage courant un adjectif, « malthusien » souvent négativement connoté (désignant un état d'esprit plutôt conservateur, opposé à l'investissement ou craignant la rareté), et une doctrine, le malthusianisme qui inclut une politique active de contrôle de la natalité pour maîtriser la croissance de la population. (Malthus prédit mathématiquement que sans freins, la population augmente de façon exponentielle ou géométrique (par exemple : 1, 2, 4, 8, 16, 32, ...) tandis que les ressources ne croissent que de façon arithmétique (1, 2, 3, 4, 5, 6, ...). Il en conclut le caractère inévitable de catastrophes démographiques, à moins d'empêcher la population de croître.) p 41 et 45 dans Dollfus

Olivier Dollfus : Géographe (1931-2005), spécialiste des systèmes montagneux
Né en 1931, agrégé, Olivier Dollfus a fait des recherches sur les grandes montagnes du Monde, l'Amérique latine et l'Asie. Il a notamment séjourné au Pérou de 1957 à 1964. Sa thèse d'État portait sur les Andes. Il a créé l'Institut Français d'Études Andines à Lima (Pérou) et sa connaissance de l'Amérique latine le conduit à des fonctions de conseiller pour différents ministères. Mais il a aussi étudié l'Himalaya et les Alpes.
Professeur de géographie à la Sorbonne, en 1967, Olivier Dollfus a participé à la fondation de l'université Paris VII Denis-Diderot en 1970 où il a fait sa carrière universitaire. N'abandonnant jamais vraiment ses massifs montagneux, Olivier Dollfus se passionne depuis le début des années 1980 pour l'interdisciplinarité universitaire. Cette approche lui permet de proposer, le premier, une vision globale du monde, le fameux « Système Monde », il introduit aussi le concept d'archipel mégalopolitain mondial. Fernand Braudel avait décrit les « économies monde », mais il laissait de côté toutes sortes d'aspects et de territoires. Dollfus intègre tout ; c'est une approche « systémique ».

Michel Beaud, né à Chambéry en 1935, est un économiste hétérodoxe français.
Il a développé tout au long de ses recherches sur les économies contemporaines et les réalités de notre temps, une approche de l'économie prenant en compte l'histoire, la hiérarchie, la répartition des ressources, les écarts de développement, l'environnement, etc.
Professeur des Universités, auteur de très nombreux livres et articles publiés dans le monde, impliqué dans les politiques économiques, le développement et la prise de conscience environnementale internationale, il analyse les mutations en cours au travers des concepts de capitalisme, de conflits de reproduction, d'économie mondiale, de système national/mondial hiérarchisé (SNMH) et de basculement du monde.

Alain Gras est un sociologue français.
Il a ensuite longtemps développé une intense collaboration avec l'aviation en liaison avec un autre centre d'intérêt principal, sur le plan théorique, qui est la recherche sur les macro-systèmes techniques comme objet en devenir, central dans la société moderne. Une sévère critique du progrès technique accompagne cette réflexion.
Ses activités se sont orientées maintenant vers le débat écologique et il participe à plusieurs revues (L’Écologiste, La Décroissance, Entropia) en tant qu’auteur, et chroniqueur dans ce domaine. Co-fondateur d’Entropia, revue d’étude théorique et politique de la décroissance.


Vocabulaire

Aléa : événement potentiellement dangereux et partiellement imprévisible : on sait que tel événement peut se produire ds telle région, mais on ne sait pas quand ni où exactement.

 Affluent : cours d’eau qui se jette ds un autre.

Aménités : ce qui est agréable ds un environnement.

Avantage comparatif : ds un contexte de libre-échange spécialisation de chaque pays ds ce qu’il sait faire de mieux, puis commerce avec les autres pays, chacun doit y trouver son compte.

Bantoustans : régions créées durant la période d'apartheid en Afrique du Sud et au Sud-Ouest africain, réservées aux populations noires et qui jouissaient à des degrés divers d'une certaine autonomie. Aujourd'hui, le terme bantoustan désigne par extension tout territoire ou région dont les habitants sont victimes de discriminations et se sentent considérés comme des « citoyens de deuxième classe » dans leur propre pays.

Boucles de rétroaction : réaction à une entrée d’information. Si elle est positive : hausse de l’effet, si elle est négative : baisse de l’effet.


Carte d’isochrone (qui se produit simultanément)

Conglomérat : gp d’entreprises aux activités diversifiées

Districts marshalliens : la dynamique du district marshallien repose moins sur les avantages initialement donnés que sur ceux créés au fil du temps.

 Economie d’échelle : hausse de la production  baisse du prix à l’unité.

Économie de marché ou libérale ou capitaliste : économie dans laquelle la production, résultant de la demande des consommateurs, est assurée par des entreprises privées. Les patrons doivent faire en sorte que l'offre et la demande s'équilibrent.

Economie quaternaire : concept créé par Michèle Debonneuil : « de nouveaux services incorporant des biens, la mise à disposition temporaire de biens, de personnes, ou de combinaisons de biens et de personnes ». Outre ces produits, le secteur quaternaire comprend les technologies de l'information et de la communication (TIC).

Estuaire : là où un fleuve se jette ds la mer / océan

Externalité : L’externalité ou effet externe désigne une situation dans laquelle l'action d'un agent économique (un individu, une entreprise) influe, sans que cela soit le but de l'agent, sur la situation d'autres agents.

 Flux : courant d'échanges (circulation) de personnes, de marchandises, d’argent, d’informations entre deux points/

Interface : zone de contact entre deux espaces géographiques différents (ex : terre/mer)

Macroéconomie : approche théorique qui étudie l'économie à travers les relations existant entre les grands agrégats économiques, le revenu, l'investissement, la consommation, le taux de chômage, l'inflation, etc.

Mégalopole : ensemble urbain très vaste constitué par plusieurs grandes agglomérations dont les banlieues se rejoignent et qui constituent une région fortement urbanisée. Elles groupent plusieurs dizaines de millions d’habitants sur des centaines de kilomètres. Ces régions urbanisées en continu concentrent énormément de capitaux et de pouvoirs.

Mégapole : une très grande agglomération (8 millions d’habitants ou plus).

Métropolisation : concentration des hommes et des activités dans les grandes villes. Réorganisation de l'espace autour de cette "ville-mère". Les fonctions grandes consommatrices d'espace (loisirs, commerce, industries) sont rejetées dans les périphéries alors que les centres villes sont réservés à l'habitat favorisé et aux activités à forte valeur ajoutée. Le territoire métropolisé est donc parsemé de voies rapides, de rocades, d'autoroutes, d'échangeurs pour les liaisons pendulaires.

Oligopole : lorsqu'il y a sur un marché, un nombre très faible d'offreurs (vendeurs) et un nombre important de demandeurs (clients). On parle aussi de situation de marché oligopolistique.

Paradis fiscal : faible taux d’imposition


Site Le site désigne une configuration locale où l'on fait abstraction des alentours pour ne se concentrer que sur les caractéristiques du lieu désigné.

Situation La situation étant une notion relative à l'espace environnant, elle inscrit le lieu dans un cadre et le qualifie et par rapport aux interrelations et aux inscriptions avec l'espace extérieur proche ou non.

 Système-monde : tous les pays étant globalisés, l'économie mondiale (ou économie-monde) se caractérise par le centre, la semi-périphérie et la périphérie. Les grandes puissances de l'OCDE (les États-Unis en première place) constituant le centre de l'économie-monde, et les pays en développement se situant dans la périphérie.

Transition démographique : passage d'une natalité et d'une mortalité très élevées à une natalité et une mortalité faibles.


Jean GOTTMANN :   (1915-1994) géographe français, inventeur du néologisme Megalopolis. Selon lui « Megalopolis n'est pas seulement une croissance quantitative de la ville. Elle est la nouvelle forme de l'urbanisation et de l'organisation géographique du monde ». Toutefois, il considère qu'une Mégalopole débute avec 25 millions d'habitants. Exilé pdt la Seconde Guerre mondiale aux Etats-Unis, il diffuse la géo sociale fr en Amérique et inversement.
 
François DURAND-DASTES : géographe français contemporain, spécialiste de l'Inde.
 (climats, la maîtrise de l'eau et l'industrialisation) + questions de méthodologie + l'écologie des sociétés humaines.
- collaborations scientifiques : Olivier Dollfus  (Géographes, années 1930)
-participe rédaction revues : L'Espace Géographique, Cybergéo
 
 
 Christian GRATELOUP : professeur de géographie à l'université Paris VII-Denis-Diderot, spécialiste des questions de cartographie. Il travaille sur la mondialisation et sa représentation. (géohistoire + modélisation graphique)
 
 O’Brien : ?????
 
 Jacques LEVY : géographe français, né 1952
-Spécialiste de géographie politique, il a « mené de nombreuses missions de recherche sur l'urbanité dans des villes du Nord et du Sud, et il participe activement au débat sur les villes, l'aménagement du territoire, les relations entre espace et politique, l'Europe et la mondialisation »
 -participe rédaction de revue : EspaceTemps.net.
 
 Alfred Marshall : 1842 -1924, économiste libéral britannique, un des pères fondateurs de l'école néoclassique, qui est l'un des courants de pensée dominant actuellement en économie.
-Dans Les Principes de l'économie politique il a défini la tâche de la science économique : «Nous devons étudier l'humanité telle qu'elle est. Nous ne devons pas construire un monde irréel, tel qu'il pourrait ou devrait être= théorie qui rende fidèlement compte de cette réalité complexe et réfractaire à toute réduction, > science économique ne doit jamais être une science figée par des dogmes > toutes les critiques et doutes seront salutaires.
 
Ernest Renan : 1823-1892 à Paris, écrivain, philologue, philosophe et historien français.
-Fasciné par la science, Ernest Renan adhère immédiatement aux théories de Darwin sur l'évolution des espèces. Il établit un rapport étroit entre les religions et leurs racines ethnico-géographiques. Une part essentielle de son œuvre est d'ailleurs consacrée aux religions avec par exemple son Histoire des origines du christianisme (7 volumes de 1863 à 1881) et sa Vie de Jésus (1863).
-dans Qu'est-ce qu'une nation ? (1882) il formule l'idée qu'une nation repose sur un réel passé commun et sur une volonté d'association : ce qui constitue une nation, ce n'est pas parler la même langue, ni appartenir à un groupe ethnographique commun, c'est "avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore" dans l'avenir.
 
B. Badie : né 1950, politologue français spécialiste des relations internationales.
-La fin des territoires. le territoire est en train de disparaître suite à trois changements : la mondialisation, la fin de la Guerre froide et de la bipolarité qui se fondait sur les territoires, et la crise des États (financement, indépendances des banques centrales, fin de l'État providence). On observe ainsi la multiplication des espaces où l'État n'intervient plus et où son contrôle disparaît (guerres civiles (comme en Somalie), "cités", zones démilitarisés (comme en Colombie)). L'État, en outre, est concurrencé par d'autres organisations non-étatiques (ONG, multinationales) dont Badie estime que les décisions influent fortement sur les relations internationales.
 
Le retournement du monde les identités sont de plus en plus culturelles et de moins en moins universelles, les relations sont construites en dehors des espaces nationaux et de leur prise en compte > négation progressive de la capacité de contrôle de l’État et de sa légitimité + multiplication des espaces de références (Église, mafias),


C'est long, certes.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 16 Mai - 21:21 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ariane


Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Mer 16 Mai - 21:29 (2012)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre Répondre en citant

Important : lorsque vous êtes devant votre sujet en colle, ne vous contentez pas d'expliquer le vocabulaire qui se trouve dans le texte, mais essayez de déterrer les mots qui se cachent entre les lignes ex: si on vous parle de "cantonnement" comme ce fut le cas pour moi (chap6 Dollfus), faites en sorte de caser "ségrégation" quelque part !

Revenir en haut
Mayon


Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2012
Messages: 32

MessagePosté le: Mar 29 Mai - 14:43 (2012)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre Répondre en citant

Merci beaucoup Ariane =)
_________________
Apprends comme si tu devais vivre pour toujours et vis comme si tu devais mourir ce soir !


Revenir en haut
Flore


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 7

MessagePosté le: Mer 6 Juin - 21:32 (2012)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre Répondre en citant

Merci infiniment à toutes les trois ! Vous avez fait un travail génial... ça, c'est de la collectivisation Smile
_________________
Graou.


Revenir en haut
Myriam


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mar 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Mar 12 Juin - 20:47 (2012)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre Répondre en citant

Merci, merci, merci Very Happy

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:56 (2018)    Sujet du message: Vocabulaire, auteurs pour colle géo 3e trimestre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    très...très...euh... Index du Forum -> Khârnet de colles
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 - 2005 phpBB Group
Theme ACID v. 2.0.18 par HEDONISM
Traduction par : phpBB-fr.com